Gestion de projets, transformation et opérations

Créativité technologique et innovation artistique : (comment) est-ce possible ?

Sophie Morin

Dans la conscience collective, la créativité et l’innovation sont souvent 2 concepts distincts ; parfois aux antipodes, parfois presque synonymes. Le premier étant fréquemment associé au domaine artistique et le second au domaine technologique. Pourquoi ces clichés perdurent ? Quel est le lien entre les 2 ? Comment et, surtout pourquoi, apprendre à créer et à innover ? Est-ce accessible à tout le monde ?

Nos formations :

Créativité : mettre l'idéation au service de votre vie professionnelle

 

Innovation : analyser et améliorer votre processus

 

Sophie Morin, formatrice en créativité et Michel Filion, formateur en innovation, vous offrent des éléments de réponses, ou plutôt de questions, afin de vous ouvrir plus facilement à la créativité et à l’innovation en entreprise et à repousser vos limites. Car, finalement, existent-elles vraiment ?

En un mot, quel serait le lien entre créativité et innovation ?

Sophie Morin : la créativité nourrit l’innovation et l’innovation se nourrit de la créativité. Car la créativité peut surgir à tout moment du processus d’innovation.  

Michel Filion : défi, parce que c'est tellement difficile d'innover, de créer des organisations innovantes, de mettre en mouvement sa propre créativité.

Qu’est-ce que l’innovation ? C'est un nouveau produit ou service (ou un service existant mais amélioré de façon significative), qu'on réussit à mettre en marché ou au minimum à offrir à un public utilisateur.

Qu’est-ce que la créativité ? C'est la production d'un artefact original nouveau et utile.

Un mot pour lier créativité et innovation

L’idée…

Généralement on considère que l’idée créative est à l’origine de l’innovation.

Toutefois le processus est un peu plus complexe et, pour ce qui relève de l’innovation on distingue 5 parties :

  • l'idéation
  • l'invention
  • le prototypage
  • la production
  • la mise en marché

Et pourtant, les idées arrivent continuellement, dans chacune des parties… et c’est notre capacité à collaborer qui nous permet de faire émerger de nouvelles idées.

C’est pourquoi tous les mots affichés dans le graph ont en effet une relation avec la créativité et l’innovation sans que l’un, tout seul, soit en mesure de caractériser la relation.

L’ingéniosité ressort également, car c’est lié à l'intelligence, la débrouillardise (plus qu'à la créativité).  

On évoque aussi la liberté de penser. Et elle est très importante dans l’entreprise car il faut être en mesure de communiquer, d’avoir des bonnes relations interpersonnelles, même (et surtout) en tant que gestionnaire, afin de générer chez l'autre l’envie d’échanger. Si le chef d’équipe se positionne comme seule personne à même de penser et que ses équipes sont simplement là pour exécuter, il vient d’annuler toute capacité d’innovation. Les organisations et surtout les leaders, doivent laisser de la place aux autres et les valoriser. Concrètement cela signifie, par exemple, que chacun sente qu’il peut prendre la parole pendant les réunions. Quitte à dire des « niaiseries », car c’est parfois derrière ces niaiseries que se cache une opportunité. Autre effet négatif souvent constaté dans l’entreprise et qui nuit à la liberté de penser, est l’auto-censure : on ne partage pas son idée car elle n’est pas bonne ou pas aboutie… Or il n’y a pas de mauvaises idées, simplement des idées meilleures que d’autres. Et souvent ces « meilleures » idées ont été générées par des idées moins bonnes.

La contrainte du temps et de l’argent

Il faut donc se laisser le temps d’y réfléchir, de les retravailler, de les faire mûrir. Ce qui est délicat dans l’entreprise car le temps c’est de l’argent, en particulier quand il est question d’innovation, de livrables et de cycle de vie du produit.

Pourtant c’est l’ouverture, à l’autre, à toutes les idées, même les demi-idées, qui favorise l’innovation. La somme des demi-idées peut mener à une nouvelle idée innovante. Mais il faut accepter que toutes les séances d’idéation ne seront pas productives. Trouver la bonne idée prend du temps : dans la vraie vie, il n’y a pas de flash ou d’illumination (le fameux « Eureka ! »), mais une suite de moments et d’échanges. Ce qui n’est pas évident pour un chef d’entreprise, c’est pourquoi il est malgré tout possible d’identifier les idées qui, sans être totalement abouties, ont un potentiel de rentabilité et de mise en œuvre dans l’organisation pour assurer un retour sur investissement (même si c’est une demi-idée). La mesure de l’idée est donc de savoir si elle apporte une valeur ajoutée, même minime et si les équipes internes sont capables de l’accepter (est-ce qu’ils sont prêts).

Créativité technologique et innovation artistique, ou l’inverse ?

En effet, normalement on associe la créativité aux arts, et l’innovation à la technologie, alors que la créativité comme l’innovation sont autant nécessaires aux arts et à la technologie.  

Artistique ne veut pas forcément dire créatif et ce n’est pas un enjeu, la créativité n’est pas nécessaire tout le temps partout. Quand une recette fonctionne c’est normal de vouloir la refaire sans la réinventer forcément.

Parfois apporter une simple amélioration pour faire mieux ce que l’on fait déjà est une forme de créativité ou d’innovation. C’est toute la question de l’économie circulaire ! Comme il est difficile de prévoir où et comment faire preuve de créativité et d’innovation, il faut garder l’esprit ouvert, partir avec un « arbre d'idées » pour aboutir à une nouvelle idée.

La difficulté de définir la créativité

On peut considérer que la créativité est là partout, tout le temps. Mais cela peut aussi dépendre comment on définit la créativité (remplacer un élément par un autre, est-ce créatif?) et à quel niveau (humain, organisationnel, autre?) ? Selon où on place sa réflexion la réponse peut différer. Une personne peut faire preuve de créativité parce qu’elle est nouvelle dan un domaine, pour finalement se rendre compte que sa « découverte » existe déjà depuis un certain temps et est bien connue des plus anciens.

« Qu’est-ce que la créativité » est donc possiblement une question sans fin. Pour éviter de tomber dans un débat qui ne mènerait nulle part, on peut proposer aux individus, comme aux entreprises de préciser eux-mêmes les critères de la créativité à partir d’une question fort simple mais dont la réponse doit être étayée : pourquoi est-ce créatif (ou pas) ? L’argumentaire va définir les critères d’évaluation de la créativité en question.

C’est sensiblement identique pour l’innovation : l’important est de savoir à quelles questions on veut répondre. Qu’est-ce qui pourrait être amélioré ? récupéré ? etc. On finit généralement avec plus de questions que de réponses.

Dans tous les cas c’est un processus non linéaire et itératif.

Créativité et innovation, est-ce que cela s’apprend ?

À la naissance nous avons tous un petit bagage génétique « créatif » qui diffère d’une personne à l’autre. Le mot important est « petit », c’est-à-dire que ce n’est pas suffisant et qu’on peut travailler ce bagage pour développer son potentiel créatif. La créativité n’est pas un trait de caractère et il existe des approches procédurales pour la développer, aussi paradoxal que cela puisse paraître.

Si on parle plus facilement de processus pour l’innovation, il ne faut pas oublier qu’il est lié au minimum à la volonté des leaders de lui donner de la place.

Dans tous les cas, il y a place à l’apprentissage, un apprentissage qui peut se faire en observant et plus encore, en pratiquant, car nous ne fonctionnons pas tous de la même façon : nos processus mentaux, comme nos habitudes, de travail diffèrent d’un individu à l’autre.

Avoir des idées, ça se pratique !

L’innovation s'enrichit-elle davantage dans contexte incertain et ambigu alors que la créativité est plus structurée?

Dans les deux cas il faut une tolérance à l’ambiguïté. La question est de savoir comment faire pour que les entreprises aient envie d’innover ? En s’assurant que les gens et les idées puissent y entrer et en acceptant l’incertitude du marché. La compétitivité aide à innover.

Comment penser en dehors de la boîte ?

Mais il est où l'extérieur de la boîte ? Et parfois l’intérieur est lui aussi propice à la créativité et l’innovation. Commençons par définir que la boîte est délimitée par les contraintes que l’on doit gérer. Il faut donc avoir le goût de jouer avec ces contraintes.

Il faut éviter la rigidité mentale et s’assurer de garder une souplesse d’esprit en restant ouvert à un maximum de stimuli.  

Comment gérer l’idéation dans une équipe inter générationnelle ?

Nous avons tous un bagage personnel très différent, indépendamment de l’aspect générationnel, basé sur : le sexe, le niveau hiérarchique, la nationalité, l’origine sociale… Ce bagage fait que, de toute façon, un groupe d’idéation aura des défis à relever. Au-delà des générations, c’est le contexte qui peut faciliter ou ralentir l’idéation. La diversité (sous toutes ses formes) est un intrant essentiel de l'innovation et la créativité. Il faut donc plus réfléchir en termes de dynamique de groupe, pour comprendre quelles sont les tensions présentes :

  • Est-ce que chacun reconnaît aux autres le droit d’être assis à la même table ?
  • Est-ce que tous sont prêts à accepter la différence chez l’autre (dans sa façon de penser, ses pensées, etc.) ?

C'est en validant ce dernier point, que le groupe devient productif. Ce qui peut générer de la confrontation, c’est normal et c’est sain tant que c’est bien géré.

Pour en savoir plus :

Créativité : mettre l'idéation au service de votre vie professionnelle

 

Innovation : analyser et améliorer votre processus

Découvrir nos formations en Gestion de projets, transformation et opérations

Voir nos formations

Autres webinaires