Développement Personnel

Le stress de performance : performer ou contribuer

Sylvie Boisvert

Vous savez quoi? Malgré tout ce qu’on peut dire sur l’ère de la vitesse et la culture de performance qui en découle, plusieurs de mes clients constatent qu’ils se mettent eux-mêmes plus de pression sur les épaules qu’on ne leur en demande. Résultat? Un stress de performance qui nous donne l’impression de participer à un marathon sans ligne d’arrivée… Découvrez dans ce webinaire d’où vient le stress de performance, pourquoi il atteint certains d’entre nous et quoi faire pour y mettre fin!

Les moments clés du Webinaire

Introduction

Notre perception des évènements définit la nature de notre stress : neutre, bon ou mauvais.
Le bon stress: quand on perçoit qu’on va s’adapter même si le cœur nous débat.
Le mauvais stress: quand on perçoit qu’on ne pourra pas s’adapter (à tort ou à raison).

1. Qu’est-ce que le stress de performance?

1.1. Définition

« Anxiété liée aux situations d’évaluations avec des signes et des symptômes, parfois somatiques, variés tels que le stress, la peur et la détresse. »

Les gens atteints d’anxiété de performance ressentent une peur intense de l’échec et du jugement envers leur propre performance.

Différents visages

  • Perfectionnisme: se comporter comme si la perfection pouvait exister ou devait être atteinte.
  • Syndrome de l’imposteur: on pense que l’on n’est pas à notre place et on a l’impression de tromper les gens. On vit dans la peur que quelqu’un s’en rend compte.

Pourquoi ce stress de performance aujourd’hui ?

On vit dans une époque de plus en plus en rapide, où les changements se succèdent à un rythme de plus en plus rapide. Par contrecoup, on développe une culture de performance nourrit par deux axes:

  1. Notre environnement va de plus en plus vite, les entreprises doivent donc répondre à des défis de plus en plus grands et rapides.
  2. On peut avoir des prédispositions à l’anxiété. Quand on ajoute la performance, notre anxiété peut être exacerbée ou renforcée. De cette façon, nos demandes et nos exigences par rapport à nous même augmentent aussi dans le but de remplir nos mandats, nos objectifs et de ne pas déplaire aux gens qui nous entourent.

1.2. Quels sont les impacts du stress de performance ?

Les impacts dépendent de la fréquence, de la durée et de l’intensité du stress. Si le stress de performance devient trop fort, il y aura des contrecoups et des dommages collatéraux:

  • Freine l’apprentissage et la performance (cause d’abandon scolaire)
  • Affecte le développement social, émotionnel, comportemental et l’estime de soi
  • Peut conduire au suicide, dans les cas extrêmes

→ Le stress de performance ne touche pas uniquement les adultes, les enfants et aussi les adolescents sont de plus en plus touchés.

2. Comment diminuer le stress de performance?

2.1. Cueillette d’infos externes

Objectifs et attentes des gens

→ Trois questions à se poser et à valider, quand il y a risque de ressentir stress de performance:

  1. Est-ce que l’objectif/l’attente est sous mon contrôle?
  2. Est-ce qu’il y a des contraintes qui peuvent m’empêcher d’atteindre les objectifs/les attentes?
  3. Est-ce que ça remet en cause les priorités de mes dossiers qui sont en cours?

Est-ce un objectif SMART (Simple, Mesurable, Atteignable, Réaliste, Temporel) ?

Indicateurs de mesures

Si ce sont des chiffres, c’est plus facile. Mais si on vous demande quelque chose plus au niveau de compétences qualitative ou de standard de qualité vous devez poser la question suivante à votre client: « Pour vous, l’évènement va être réussit si…? ».
La réponse va donner les critères sur lesquels vont se baser les gens à l’externe pour évaluer ma performance par rapport à mon objectif.

2.2. Être aligné

Est-ce que je suis aligné par rapport à l’environnement, à mes taches, à mes compétences, à mes valeurs, à mon rôle ? Les éléments suivants vont permettre de faire une analyse structurée, de mieux vous comprendre, etc.

  • Environnement (contexte):
    Quel est-il? Est-ce qu’il y a des contraintes? Un contexte particulier dont je dois tenir compte? 
(Sur une échelle de 1 à 10) Dans quelle mesure suis-je à l’aise avec l’environnement de l’objectif, avec le contexte de l’objectif.
  • Taches, actions (quoi?):
    Est-ce que c’est clair pour moi? Dans quelle mesurer c’est clair pour moi ? Dans quelle mesure j’aime ce que je dois faire?
  • Compétences, capacités (comment?):
    Quelles sont les compétences/capacités nécessaires dont j’ai besoin pour mener à bien mon objectif? Dans quelle mesure je perçois avoir les compétences nécessaires pour mener à bien l’objectif?
  • Valeurs (pourquoi?):
    Pourquoi dois-je atteindre l’objectif ? Pourquoi m’a-t-on demandé de le faire? Dans quelle mesure les valeurs du projet, de l’objectif, sont-elles en résonance avec les miennes?
  • Quel est mon rôle (ma mission?):
    Est-ce que mon rôle est clair par rapport aux attentes qu’on a placé en moi? Dans quelle mesure mon rôle et ma mission sont-ils clairs pour moi?
  • Quelle est la vision, le sens, de ce que j’ai à faire?
    À quelle vision est rattaché mon objectif? Dans quelle mesure le sens de ce que j’ai à faire résonne en moi?

2.3. Introspection/Pièges

  • Poser des questions pour éviter les zones de flou.
  • Nommer précisément mes peurs (du rejet, du ridicule, de l’échec, etc.) afin de les accepter et adoucir le stress de performance.
  • Valider si on se trouve dans des jeux de pouvoir (victime, sauveur, bourreau).
  • Identifier mes croyances pour les changer au besoin (si je suis persuadé que ça va être difficile, alors c’est sûr que ce le sera !).

2.4. Aller chercher de l'aide

Si rien ne fonctionne il y a des ressources disponibles pour aller chercher de l’aide et vous redonner l’élan d’aller plus loin :

  • Réseau (d’affaires et personnel)
  • Programme d’aide aux employés
  • Professionnels de la santé
  • Coach accompagnateur
  • Autre…

3. Trucs et astuces

  • L’importance de la préparation: cherchez à être plus efficace en moins temps
  • Oser poser des questions
  • Recadrage: « donner une autre signification à des mots/concept pour que ça soit plus aidant »

Échec/Succès à Déterminer une posture mentale : l’échec et les erreurs font partie du succès car ils sont des apprentissages.

Performer ou Contribuer à Contribuer à partir du cœur (inspirer) à la place de performer (ne pas décevoir).

Ressources à développer

  1. Gestion du stress
  2. Confiance en soi (en mes capacités et compétences)
  3. Estime de soi (par rapport à la valeur qu’on se donne)
  4. Affirmation de soi (pour favoriser des communications affirmatives)
  5. Développement de son intelligence émotionnelle: gérer mon stress, contrôler mon comportement et l’impact que j’ai sur les autres (développer ma capacité à interagir en tenant comptes aussi de leurs dimensions).

Conclusion

Il faut passer de la performance propulsée par la peur, à la contribution propulsée par le cœur.

Vous souhaitez en savoir plus sur ce sujet? Découvrez les formations de notre cursus en capital humain qui peuvent vous aider à gérer votre stress 

Retrouvez également la présentation disponible sur la page SlideShare de Technologia.

Autres webinaires