Leadership et gestion des talents
Article
Nouvelle
Étude de cas
Portrait de formateur

Leadership : un mot plusieurs réalités

Technologia
par Technologia
1 septembre 2021
Technologia
Leadership : un mot plusieurs réalités

La notion de leadership a beaucoup changé au cours des dernières années. L’arrivée de nouvelles générations sur le marché du travail, le changement des mentalités, l’introduction de nouvelles approches organisationnelles ou managériales ont permis de redessiner les contours du leader.

Ou des leaders devrait-on dire.

Bref rappel historique

Années 1840 - La période des grands hommes, des hommes providence, des leaders éclairés : celle où on naît leader, car on a ça en soi. Ça ne s’apprend ni ne se développe. "En avoir ou pas" comme dirait Hemingway.

Années 1940 – On voit poindre une approche plus réaliste, dite comportementale : on ne nait pas leader, on le devient grâce à certains comportements. Toutefois au début, cette démarche ne tient pas compte de l’environnement du leader.

Années 60 – Les situationnistes : on ne prête plus tant attention aux traits ou comportements du leader qu’à son environnement ou le contexte dans lequel il se trouve. Le bon leader est capable de jauger la situation et d’adapter son type de leadership en conséquence. Sauf que certains avancent que les leaders sont généralement monobloc et qu’un leader ne convient donc pas à toutes les situations. C’est la situation qui impose son leader, en fonction des compétences requises dans un contexte bien précis. En temps de crise, par exemple, certains peuvent se révéler des leaders exemplaires et d’autres au contraire s’effondrer. Seul bémol, nous sommes encore dans une approche très pyramidale (top-down).

Dans les années 90 se renforce l’idée que le leadership ne repose pas sur un seul aspect. Et on voit aussi émerger des conceptions du leadership plus globales, où tout/tous joue/nt un rôle : le leader, le contexte, le système dans lequel il évolue et même ceux sous sa responsabilité car ce sont de potentiels leaders aussi. C’est une période où les changements et leur rythme augmentent et on voit la naissance de mouvements comme le Lean ou Agile.

Les grands types de leadership

Selon les écoles de pensée la classification peut différer.

Leadership du laisser faire

Le leader est non directif et compte sur les motivations intrinsèques des uns et des autres. Fonctionnel quand tous ont une idée claire de leurs rôles et responsabilités. Risqué dans le cas contraire car les dérapages ne seront pas identifiés rapidement.

Leadership autocratique

Le leader donne des directives précises par rapport à ce qui doit être fait et comment le faire. Il ne consulte pas et assure un suivi serré. Efficace en temps de crise quand les décisions doivent être prises rapidement. Risqué dans toutes les autres situations (épuisement, démission, démotivation…)

Leadership démocratique

Le leader encourage l’ensemble des collaborateurs à participer au processus décisionnel. Cela favorise les échanges et la motivation. Risqué quand il y a des conflits ou des problèmes à régler car les discussions peuvent s’éterniser.

Leadership transactionnel

Le leader monnaie l’engagement de ses équipes : travail contre récompense. Souvent employé dans les services ou les organisations orientées ventes à tout prix. Risqué car il n’y a aucun attachement à la compagnie et le moindre incitatif à aller voir ailleurs va contribuer à un roulement élevé de personnel.

Leadership transformationnel

Le leader vise à rassembler les talents derrière sa vision et ses valeurs. Cela contribue à l’esprit de corps (plus de confiance et de partage vu que tous œuvrent dans le même sens) et tend à donner des résultats qui dépassent les attentes. Risqué car repose sur la personnalité du leader qui doit être forte et charismatique. 

À quoi ressemble le leader idéal ?

C’est avant tout une combinaison de facteurs, qui comprend la personnalité de l’intéressé (c’est-à dire l’ensemble de ses savoir-être et savoir-faire), le contexte économique (macro et surtout micro) et les personnalités des collaborateurs, pour ne citer que les principaux.

Le leader d’aujourd’hui est protéiforme et adaptable, pour coller à la situation du moment et aux objectifs qui, l’un comme l’autre, sont amenés à évoluer. Sa fonction première n’est pas de donner des ordres en raison de sa position hiérarchique, mais au contraire de réussir à faire partager sa vision pour susciter l’adhésion et obtenir le meilleur de tous. 

Gros défi.

Comment devenir ce leader ?

En adoptant son style en fonction des situations et des personnes. Comme ce n’est pas inné pour tous, se former permet de développer ses compétences en la matière et d’acquérir de nouvelles habiletés pour répondre à de nouveaux défis : les personnalités difficiles, le leadership partagé, la cohésion à distance…

Le leadership et l’apprentissage sont indissociables. John F. Kennedy

Pour en savoir plus :

Formation Leadership et pratiques de gestion

 

(Photo de Peggy Anke sur Unsplash)

 

Contactez-nous

Pour en savoir plus sur nos nouveaux services ou nous parler de vos besoins en développement de compétences, contactez nos spécialistes en formation au 514 380-0380 ou par courriel : formation@technologia.ca.

Articles similaires

Voir tous les articles de blogue