Gestion de projets, transformation et opérations
Article
Nouvelle
Étude de cas
Portrait de formateur

La transformation numérique: comme un muscle à développer

Technologia
par Technologia
20 juin 2022
Technologia
La transformation numérique: comme un muscle à développer

Discussion entre notre président Cyril Vulgarides et Olivier Laquinte, président de Talsom

Le sujet de la transformation numérique est devenu l’un de ceux qui ont pris le plus de place à la table de discussion de nombreux dirigeants, au cours des dernières années. Notre président Cyril Vulgarides s’est entretenu à ce sujet avec Olivier Laquinte, président de Talsom, afin d’en discuter lors d’un récent webinaire. On y a notamment fait mention que la transformation numérique exige d’abord de mettre en place plusieurs éléments propices à celle-ci, tels que la créativité, l’ouverture au changement, un intérêt marqué pour l’innovation au sein des équipes et la volonté que ces “déséquilibres” fassent partie de la culture de l’entreprise. Cela se travaille et se développe, comme tous nos muscles!

Qu’est-ce que la transformation numérique?

Comme le mentionne la BDC, la transformation numérique va bien au-delà des nouveaux gadgets technologiques qu’un employeur peut offrir à ses employés. Elle suppose de changer la culture de votre entreprise en utilisant les données et les technologies pour prendre des décisions éclairées plus rapidement et mieux répondre aux besoins des clients. Il est donc nécessaire, à plusieurs niveaux, d’adopter une mentalité axée sur l’innovation continue et l’amélioration de la qualité.

 “Moi-même il me semble que j’ai des difficultés à suivre, puisque ces changements semblent être arrivés si vite, mais on en parle énormément, comme s’il n’y avait que ça”, mentionne d’entrée de jeu Cyril Vulgarides. En effet, le paradigme a drastiquement changé en matière de transformation numérique, si on compare la situation actuelle à ce qui faisait loi depuis les 20 dernières années. Aujourd’hui, la transformation numérique est le lot quotidien des entreprises. On pense notamment à l’arrivée d’Internet, l’essor des ERP, des CRM, la disparition du CD-ROM et, plus récemment, du streaming. Depuis, ce qui a trait à la transformation numérique semble évoluer si vite. “En matière d’interaction, entre les usagers et à travers les entreprises, il n’est pas faux de parler de révolution”, avance-t-il. En effet, pour Olivier Laquinte, il y a quelques années à peine, nous parlions davantage d’implantation numérique que de transformation numérique. “Je pense notamment au fameux “bug” de l’an 2000 qui a amené beaucoup  de changements de plateformes dans les organisations. Les entreprises n’ont souvent pas le choix de s’organiser et d’user de créativité pour rester compétitives”, relate-t-il. L’un des éléments majeurs qui a contribué à ce changement rapide est que le consommateur a réalisé qu’il avait personnellement accès à des outils technologiques plus puissants que ceux avec lesquels il travaillait en entreprise. Nous pouvons penser à l’utilisation des téléphones intelligents contre les téléphones fixes ou les télécopieurs parfois utilisés au sein de l’entreprise. Ainsi, selon Cyril Vulgarides et Olivier Laquinte, on constate surtout le changement de comportement des consommateurs qui a mené à un virage (mondial) vers la transformation numérique. Leurs attentes ont changé et la pression s’est intensifiée sur les organisations afin de que ces dernières s’adaptent… en un temps record.

Transformer le modèle d’affaires pour répondre aux besoins changeants

Il est vrai que la transformation numérique apparaît d’abord dans le but de répondre à un besoin et aux attentes changeantes des clients. Autrement, il n’y aurait pas de marché et la transformation numérique en soi n’aurait pas de sens. Selon Talsom, il est important de créer un climat favorable au changement ainsi qu’un plan d’action divisé en étapes. De plus, il est à noter qu’une équipe spécialement dédiée au changement devrait être créée dans le but de guider le processus en douceur. Finalement, il importe de maintenir la culture du changement dans le temps et de cibler avec précision les indicateurs de rendement attendus par ces nouveaux processus.

La transformation numérique est donc possible pour tous les types d’organisations puisque le but du jeu est toujours pour elles de rester compétitives. Les deux entrepreneurs mentionnent d’abord le changement des manières de fonctionner des organisations. “Quand la technologie s’est démocratisée dans le quotidien des individus, cela a nécessairement forcé une réflexion et la remise en question des modèles d’affaires des organisations”, mentionne Olivier Laquinte. Ainsi, les entreprises n’ont eu d’autres choix que de faire ce que l’on a appelé la “numérisation de l’exploitation”: transformer le modèle d’affaires des entreprises pour répondre aux besoins changeants de l’ensemble de la population. Plus tard, vers 2010, est arrivée la notion d’expérience-employé. Les attentes nouvelles qu’ont développées les consommateurs quant aux produits et services qu’ils utilisent quotidiennement à l’extérieur des organisations se sont transposées vers les entreprises, au cœur même de leur structure.

La transformation numérique: un terme toujours d’actualité?

“Est-ce qu’il ne serait pas plus à propos d’éviter de parler de transformation numérique, mais davantage du fait que les entreprises se transforment dans un monde qui est maintenant numérique?”, lance Cyril Vulgarides à son homologue. En effet, il est vrai de mentionner que les entreprises se transforment depuis des décennies, cela n’est pas nouveau. Toutefois, comme l’avance Olivier Laquinte, il ne faut pas oublier que la technologie a changé la donne: l’ouverture sur différents marchés s’est accentuée et la vitesse avec laquelle nous avons migré vers celle-ci est impressionnante. “La technologie a créé un décloisonnement des industries”, explique-t-il, où les GAFA ont contribué à ouvrir la porte à des compétiteurs provenant de toutes les industries et des quatre coins du monde. Le besoin de transformation s’est donc accéléré. On peut penser à des centaines d’entreprises qui ont connu une croissance excessivement rapide et venant complètement changer les règles du jeu.

Se transformer: une réponse à un besoin

La transformation numérique est un moyen et non une fin en soi. “Pour mon équipe et moi, lorsque l’on parle de transformation, c’est surtout de faire en sorte pour une entreprise de constamment être en mesure de générer de nouvelles propositions de valeur, quelles que soient les forces extérieures qui s’exercent sur elle”, avance le président de Talsom, une firme montréalaise experte en transformation numérique et partenaire de Technologia depuis 2020.

Tout en demeurant alignées sur leur raison d’être, les entreprises n’ont aujourd’hui plus le choix de “réinventer” leurs processus, de revoir le rôle de chacun des membres de l’organisation et d’utiliser des données afin de demeurer compétitifs. Il est intéressant de noter que de nouvelles propositions de valeur peuvent émerger à la fois à l’interne et à l’externe de l’organisation. Plus concrètement, nous avons vu notre quotidien se transformer grandement avec la pandémie et l’obligation pour la forte majorité d’entre nous de travailler en mode virtuel et à distance. La question de fond reste la même: comment les organisations peuvent utiliser ces technologies et changements externes pour s’améliorer et se transformer à l’interne? Essentiellement, les entreprises sont maintenant obligées de transformer leurs processus à tous les niveaux, sinon elles risquent de… disparaître.

Vers le numérique: comment identifier le potentiel d’une organisation à se transformer

“Pour être capable d’identifier le potentiel de transformation d’une entreprise et savoir à quel endroit celle-ci devrait prioriser cette transformation, l’idée est d’identifier ce que l’on désigne en anglais comme le “parcours de transformation” afin de prioriser les besoins en réfléchissant à son modèle d’affaires et en le comparant à ce qui se fait à l’extérieur de l’organisation”, mentionne Olivier Laquinte. Cela implique l’importance de prendre un pas de recul et de se projeter dans le temps afin de comprendre où nous pourrions être au cours des 5 à 10 prochaines années comme organisation. En croisant ces données, nous serons en mesure de cibler les meilleures zones qui nécessitent des améliorations et, surtout, qui présentent un potentiel de transformation pour le bien de l’entreprise. Il faudra également prendre en compte le “parcours employé” afin de sonder l’opinion des membres de cette structure et comprendre avec précision ce que ces changements auront comme effet dans leurs tâches quotidiennes. Ces démarches deviendront le point de départ d’une feuille de route que l’ensemble de l’organisation devra suivre.

L’importance de garder l’esprit ouvert

Bien sûr que toutes les entreprises peuvent rêver de vouloir réinventer le prochain iPhone ou trouver le modèle d’affaires à la Uber qui viendra bouleverser la planète, mais il ne faut pas oublier que ces entreprises avaient d’abord et avant tout une culture de changement et de transformation constante bien implantée et qui était justement propice au développement de ces types de révolution. “Ainsi, on vient développer le muscle créatif de l’organisation et changer le “mindset” de l’entreprise et des individus qui la composent", réplique Olivier Laquinte. Il est donc intéressant pour l’ensemble des organisations de tous les milieux de développer une culture agile afin de toujours continuer à innover et à rechercher de futurs potentiels d’amélioration au sein de leurs activités d’affaires.

Vous pouvez revoir la version intégrale de cette discussion ici. Si vous avez des questions ou souhaitez obtenir de plus amples informations, n’hésitez pas à communiquer avec nous.

Pour aller plus loin : 

Transformation numérique : évaluer sa pertinence pour votre entreprise

 

Voir toutes les formations en Innovation, transformation, amélioration

Photo by Edgar Chaparro on Unsplash

Contactez-nous

Pour en savoir plus sur nos nouveaux services ou nous parler de vos besoins en développement de compétences, contactez nos spécialistes en formation au 514 380-0380 ou par courriel : formation@technologia.ca.

Articles similaires

Voir tous les articles de blogue