4 avril 2014

Article

Technologies de l'information

Une interface graphique pour gérer un serveur Linux ? Oui, c’est possible avec Webmin!

Depuis quelques années, le profil type des participants dans les cours d’administration Linux que je donne chez Technologia a quelque peu changé. De plus en plus de personnes s’inscrivent en ayant pour bagage une expérience plutôt basée sur un autre système d’exploitation graphique largement assisté par la… souris!

Bien évidemment, le retour à la ligne de commande peut, et cela se comprend, les effrayer quelque peu. Et pourtant il existe des solutions de « transition » destinées à adoucir cette rigueur que l’on peut effectivement expérimenter au début avec comme seul interlocuteur l’interpréteur de commande et son « invite » de… commande!

Webmin, un outil de gestion graphique et de configuration

Webmin permet de gérer et de configurer votre serveur Linux avec l’aide de votre navigateur Internet. C’est un projet mature comme le souligne Wikipédia; la première version datant d’octobre 1997. Il va sans dire que ce projet a vraiment beaucoup évolué depuis, et ce, d’une très belle manière.

Le site webmin.com propose divers liens pour pouvoir le télécharger sur vos serveurs Linux.

Méthodologie pour installer Webmin

Une solution élégante est d’inclure un fichier « repository » qui permet l’installation et la mise à jour. Par exemple, avec une distribution utilisant l’outil « yum », il faut créer un fichier nommé « webmin.repo » dans le répertoire « /etc/yum.repos.d ».

Le contenu étant :

    [Webmin]
    name=Webmin Distribution Neutral
    #baseurl=http://download.webmin.com/download/yum
    mirrorlist=http://download.webmin.com/download/yum/mirrorlist
    enabled=1

Il est recommandé d’installer la clé GPG qui permet de sécuriser les téléchargements :

    # wget http://www.webmin.com/jcameron-key.asc
    # rpm --import jcameron-key.asc

L’installation proprement dite se fait ensuite avec la commande suivante :

    # yum install webmin

Comment utiliser Webmin ?

L’interface proposée par Webmin est intuitive et bien réalisée. Pour y accéder, utilisez votre navigateur habituel et inscrivez le nom DNS ou l’adresse IP du serveur sur lequel Webmin est installé en y ajoutant « :10000 » à la fin.

    Exemple : http://mon.serveur.com:10000

Il faut ensuite se connecter en utilisant le compte administrateur « root » ainsi que le mot de passe adéquat. La partie gauche de la fenêtre principale propose différentes catégories, lesquelles proposent des sous-catégories regroupées par services.

Exemple pour la gestion des usagers :

  • Cliquez sur « System » puis « Users and Groups », dans la partie droite de la fenêtre, s’affiche alors la liste des usagers locaux. Toutes les opérations sont disponibles dans une barre de fonction localisée en haut et en bas de la liste.
  • Ne pas oublier en cas de modification de cliquer sur le bouton « Save » sous peine de voir vos changements perdus.
  • Le seul point non négligeable est la sécurité, car cette connexion se fait à distance et donc impose  d’utiliser un port TCP/IP (10 000 par défaut), ce qui peut pour certaines configurations de réseaux d’entreprises être difficile à mettre en place.
  • Avant d’utiliser Webmin, renseignez-vous auprès de votre service de sécurité informatique notamment pour des serveurs de production.

En conclusion

Comme nous venons de le voir, Webmin est un outil très pratique, facile à installer et utiliser. L’essayer, c’est vraiment l’adopter!

Cet article illustre un des nombreux exercices pratiques du cours « Administration Linux (UN201) » donné par mes soins chez Technologia. Inscrivez-vous sans tarder pour en apprendre plus!

Retrouvez également l’ensemble des formations Linux offertes chez Technologia.

Références :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Webmin
http://www.webmin.com/index.html
http://doxfer.webmin.com/Webmin

© Patrick Lhermie, Tous droits réservés.

Patrick Lhermie possède plus de vingt années d'expérience en informatique. Il a géré et administré de nombreux systèmes UNIX, Linux et Oracle dans des services critiques pour certains. Il utilise le système d'exploitation Linux depuis plus de dix ans dans le cadre de ses activités de consultation. Il cumule plus de 2 500 heures de formation et plus de 1 500 personnes formées à Linux au Québec.