17 février 2014

Article

Technologies de l'information

2014 : la révolution des TI en 10 actes

Tout le monde s’accorde à dire que 1981, avec l’arrivée du PC, aura constitué une étape essentielle dans la vie des TI (Technologies de l’information) modernes.

Mais l’année 2014, de manière plus dispersée et souvent insidieuse, ira beaucoup plus loin. Elle sera révolutionnaire et modifiera en profondeur, à la fois le contexte technologique de notre métier et notre façon de travailler.

Tous les pans des TI seront concernés

On passera des TI à la Corneille, respectueuses de la règle des trois unités : lieu (une machine), action (un état ou un écran) et  temps, à un système où tout sera éclaté, sur des machines hétérogènes et où on ne saura plus qui exécute quoi et à quel endroit.

Le Cid_tragi_comediePortrait_Pierre_Corneille 

Les TI deviendront une pièce en 10 actes

  • Acte 1 : mise en place de nouvelles architectures avec hébergement des applications et éclatement du code.
  • Acte 2 : prise en compte du Cloud, qui représentera en 2025, 30 % des ressources matérielles et logicielles des « data centers », avec en contrecoup des difficultés d’administration et un changement profond de technicité pour les producteurs et exploitants.
  • Acte 3 : arrivée de réseaux à très haut débit, filaires avec la fibre optique et surtout sans-fil avec la 4G mobile et les Wi-Fi au-delà du Gbps, un constat qui sera décisif quant à la manière de développer les applications (fin du mode déconnecté ?).
  • Acte 4 : constat que les dessous du stockage ne nous concerneront plus vraiment. On ne saura plus où seront stockés les fichiers (Hadoop, HDFS…) et comment, pour des questions de sécurité, ils seront découpés. Le stockage rejoindra en cela la fourniture électrique : personne ne sait d’où vient le courant, on sait seulement qu’en branchant la prise, les machines fonctionnent…
  • Acte 5 : après 40 ans d’immobilisme, la tablette prendra le pouvoir et deviendra le poste de travail au bureau, un terminal virtualisé, connectable sans fil à un dock (clavier/écran), tant pour l’usage personnel que professionnel.
  • Acte 6 : au-delà de la tablette, c’est le concept même de l’équipement connectable qui va exploser, qui pourra être une paire de lunettes, une montre, un T-shirt. C’est le monde nouveau des capteurs qui s’ouvrira et nous n’aurons plus à nous connecter au réseau, car c’est nous qui constituerons le réseau!!!
  • Acte 7 : intégration progressive de la mobilité dans le TI, avec des applications créatrices de valeur (BI, décisionnel), qui vont faire voler en éclat les vieux fondements de la gestion du temps (mais encore faut-il que les RH s’y intéressent!!!).
  • Acte 8 : côté développement d’applications, qui seront de moins en moins le domaine réservé des utilisateurs, c’est l’urbanisme technique (frameworks) et affaires (SOA) qui s’imposera, avec un constat : les développeurs et chefs de projets auront intérêt à améliorer leur approche de la programmation objet.
  • Acte 9 : grosse inquiétude pour tout ce qui concernera la sécurité. Les responsables TI auront peut-être noté, depuis 2013, que le chiffre d’affaires mondial généré par les problèmes de sécurité aura dépassé celui de la drogue. Sinistre référence qui devrait leur faire comprendre que leurs défenses sont illusoires et que tout reste à faire à condition de mettre les bonnes personnes au bon endroit.
  • Acte 10 : la révolution du logiciel professionnel se confirmera. Il sera de plus en plus hébergé : ERP, CRM, CSM (merci Marc Benioff –Salesforce.com), mais aussi bureautique, collaboration et autres réseaux sociaux d’entreprises. La dématérialisation se développera, elle devra tenir compte du support Internet, peu fiable et de contraintes mal venues, tel que les divers « Patriot Act » des pays industrialisés.

À quoi ressemblera finalement l’univers des TI

À vrai dire, on ne reconnaît plus grand-chose dans nos TI. Le tout dans un contexte où l’on « fera faire » plus que l’on « fera soi-même » et où on demandera aux personnels du TI d’être encore plus compétents qu’avant, sans pour autant leur confier la responsabilité des mises en œuvre. Grosse frustration dont devraient s’inquiéter les RH, qui risque bien un jour de leur exploser à la figure.

Vous souhaitez en savoir plus ? N’hésitez pas à consulter les séminaires et tendances TI disponibles chez Technologia et retrouvez-moi lors d’une prochaine formation pour en discuter plus amplement.

© Claude Marson, tous droits réservés.

 

Claude Marson est associé et cofondateur, avec Jean-Marie Desaintquentin et Bernard Sauteur, de Synthèse informatique, cabinet français spécialisé dans les tendances et stratégies en matière de technologies de l’information. M. Marson possède plus de 40 ans d’expérience en informatique. Depuis 1994, il dirige Production Communication Numérique (PCN), société spécialisée dans la conception, la réalisation et l’hébergement de sites Internet. Depuis 1969, il est également collaborateur permanent et membre du comité de rédaction de 01 informatique et du Monde Informatique. Au total, il a écrit plus de 3 000 articles pour les principales revues françaises spécialisées en informatique.