5 mars 2013

Article

Capital humain et gestion

Savoir communiquer efficacement, un incontournable

La communication nous permet d’influencer les autres, d’apporter des changements dans nos attitudes et celles des autres, de mobiliser les gens autour de nous, d’établir et d’entretenir des relations avec eux. La communication est un élément important de notre vie active, c’est une activité sociale.

Cette activité sociale est exprimée à travers le discours oral, la lecture et l’écriture et le langage corporel. Et, elle est tenue pour acquise.  La première étape d’une bonne communication est d’arrêter de la tenir pour acquise. À l’école, nous apprenons à écrire, à lire, mais nous n’apprenons pas à communiquer efficacement, à écouter complètement et à poser les bonnes questions.

Voici trois compétences importantes à développer :

1. Connaître son style de communicateur

  • Analytique : centré sur le processus, les étapes à suivre le contenu plus que sur les gens, introverti
  • Directif : rapide, focalisé sur l’action qui amène des résultats immédiats, basé sur les faits
  • Aimable : centré sur les gens, indirect, besoin de collaboration
  • Expressif : réagit vivement, aime être impliqué, impulsif, recherche l’interaction

Bien se connaitre et aussi savoir rapidement détecter le style de communication de votre interlocuteur vous permet de vous ajuster pour mieux vous faire comprendre.

2. Donner une rétroaction efficace

La rétroaction est la composante du processus de communication qui crée une boucle en continu. Il est intéressant de constater que le mot anglais de rétroaction, feedback, est composé de deux mots feed = nourrir et back = retour, donc feedback peut signifier nourrir en retour. Les meilleures rétroactions sont celles qui non seulement font état des faits, mais qui inclus aussi notre expérience, en voici un exemple : « Paul, malgré notre dernière conversation, tu as eu 3 retards le mois dernier, je suis déçu. ». Bien entendu, le contexte dans lequel s’inscrit la rétroaction doit être considéré.

3. L’écoute

Dans son livre « Les sept habitudes des gens efficaces », Dr Stephen R. Covey décrit la cinquième habitude comme « chercher d’abord à comprendre, ensuite à être compris ». Cette habitude demande à ce que l’on développe la capacité d’écoute emphatique. L’écoute est au centre de la communication, il n’y a pas de communication sans écoute réelle. L’écoute, c’est plus que simplement entendre. Entendre est mécanique, involontaire, ce sont les sons qui viennent à notre tympan. On peut entendre sans écouter, l’inverse n’est pas possible. Écouter demande un effort, de la discipline, et exige des conditions particulières de réussite.

La communication est une question d’attitude autant que de maitrise des compétences. La première disposition mentale à adopter est de prendre la responsabilité de notre communication à 100 % c’est-à-dire verbale et non verbale. Cela signifie non seulement de communiquer en utilisant les bons mots, mais aussi de faire preuve de transparence et d’honnêteté. Pourquoi ? Parce que notre communication non verbale se produit en grande partie, de façon inconsciente.

N’ayant donc pas un grand contrôle de cette partie importante de notre communication, la transparence devient nécessaire pour une communication de qualité. Mais comme disait un de mes mentors, « Ce qui n’est pas nécessaire à dire, c’est nécessaire de ne pas le dire ». Il ne s’agit pas de tout dire, mais plutôt que ce qu’on dise soit la vérité. Par ailleurs, une des meilleures façons d’inspirer confiance à notre interlocuteur est d’assurer une cohérence maximum par l’alignement de notre pensée, de notre parole et notre action.

En conclusion, la communication est un art qui se perfectionne. Et comme tout art, les techniques de base sont essentielles et la pratique continue. Maîtriserla communication, c’est l’histoire d’une vie. Pour en savoir plus, découvrez l'ensemble des formations en communication offertes chez Technologia.