1 septembre 2015

Article

Capital humain et gestion

Qu'est-ce qu'un architecte du savoir ?

Le mot-clé ici : ARCHITECTE. Voilà un rôle bien connu, l’architecte construisant chaque jour le patrimoine immobilier et laissant un héritage architectural parfois si remarquable qu’il façonne l’histoire. Mais au fait, quel est ce rôle exactement ? Nous pourrions décrire les architectes comme des chefs d’orchestre qui assurent la direction d’un projet immobilier afin de concilier tous les objectifs et les talents entourant la construction d’un bâtiment. Dotés d’une créativité pragmatique, ils savent trouver des solutions en recourant à leur imagination, à leurs connaissances pratiques et techniques ainsi qu’à leur habileté en communications interpersonnelles.

Cette analogie est assez révélatrice du rôle de l’architecte du savoir. En effet, celui-ci agit également comme maître d’œuvre, sauf que son domaine est celui du savoir de l’organisation. Son rôle est de :

  • Pérenniser et protéger le savoir-faire d’une organisation, soit préserver et sauvegarder l’expertise humaine en place;
  • Documenter et organiser les savoirs, c’est-à-dire passer à l’action dès maintenant en auditant et en gérant efficacement les expertises critiques à la survie de l’entreprise;
  • Numériser et implanter, c’est-à-dire synchroniser tous documents et toutes informations avec l’ère technologique pour assurer leur pérennité et un meilleur partage de l’information (par ex. stockage nuagique « CLOUD ») ;
  • Former, informer et transformer le capital humain pour assurer une continuité dans le temps et instaurer les meilleures pratiques afin de transformer le milieu de travail en organisation apprenante de façon continue. Cette étape a pour but d’éviter de mettre en péril les opérations ou les services d’une entreprise grâce à un bon plan de transfert des savoirs.

Il suffit de tracer les grandes lignes de cette nouvelle profession pour anticiper la suite : plusieurs entreprises vont s’arracher les services de ce maître en savoirs dans un futur immédiat. Pouvez-vous l’imaginer ? Si vous n’y arrivez pas, plongez-vous dans une des nombreuses lectures révélant la morosité de la conjoncture : départs massifs à la retraite, chocs intergénérationnels, pénurie de main-d’œuvre qualifiée, économie difficile, technologies en évolution accélérée, etc. Où serez-vous dans 5 ans ? Comme l’a si bien énoncé Einstein, si vous refaites les mêmes actions passées au cours des cinq prochaines années, comment pouvez-vous vous attendre à des résultats différents ? 

Or, En matière de gestion des savoirs, le temps est le pire ennemi; si vous tardez trop, vous risquez d’atteindre un point de non-retour fatal pour votre organisation. Il faut poser des actions concrètes maintenant pour assurer le transfert de vos savoirs critiques. Mais encore faut-il poser les bons gestes évidemment. L’architecte du savoir est un guide d’orientation pour vous aider à faire les bons choix et poser les bonnes actions afin d’accomplir des progrès tangibles et pérennes en matière de gestion des savoirs. Il vous permet de transformer un actif intangible, c’est-à-dire le savoir de votre organisation, en un patrimoine tangible et précieux.

TROIS ARCHITECTES DE L’ÈRE NUMÉRIQUE : distinguer architecte informatique, architecte de l’information et architecte du savoir

En génie informatique, on appelle architecte informatique la personne chargée de l’analyse technique nécessaire à la conception du diagramme d’architecture, c’est-à-dire le plan de construction d’un logiciel, d’un réseau, d’une base de données, etc. Un architecte informatique peut travailler avec les développeurs du système actuel ou d’autres architectes informatiques et produire des diagrammes.

architecte-de-linformation

L’architecte de l’information (AI ou IA, pour Information architecture), lui, établit la structure conceptuelle définissant les emplacements et les interactions des différents contenus d’un système d’information et, plus spécifiquement, d’un site Web, d’un intranet ou d’un extranet, afin d’aider les utilisateurs à trouver et à gérer les données. L’architecture de l’information, c’est donc l’art et la science d’organiser et de cataloguer des sites Web, des intranets, des communautés virtuelles et des logiciels pour en faciliter l’utilisation et le repérage (IAI).


Voici ce qui unit et différencie cette nouvelle génération d’architectes :

Architecte informatique

Architecte de l’information

Architecte du savoir

Gère la continuité de la performance technologique en assurant une infrastructure informatique capable d’évoluer de manière fiable et de soutenir la cadence.

Gère la continuité de l’information technologique et assure la relation entre les bases de données.

Gère la continuité et la pérennité des savoirs détenus et assurés par le capital humain, lesquels constituent l’actif le plus précieux d’une entreprise.


De la même manière que les architectes informatiques et ceux de l’information ont prouvé leur importance stratégique au fil de la dernière décennie, les architectes du savoir jouent dorénavant un rôle critique dans l’équation du succès organisationnel. Organiser et protéger les savoirs constituent d’ores et déjà la pierre angulaire des entreprises ambitieuses et visionnaires. D’ailleurs, il y a gros à parier que seules les organisations prévoyantes sauront survivre à cette « hémorragie » historique que représente la perte des compétences et des savoirs.

Prêt à assurer le plan de continuité de vos savoirs ? Retrouvez-moi lors des formations « Gestion documentaire : documenter le savoir-faire de l’entreprises » (GE342), « Implanter une structure de gestion documentaire simplifiée » (GE343) et « Conception de matériel pédagogique » (CH197) chez Technologia.

Maryse Frappier est titulaire d’un Baccalauréat en administration des affaires de l’UQTR. Cumulant près de 25 ans d’expérience, elle a développé son expertise dans le secteur manufacturier, en entreprises de services et comme entrepreneure. Elle a évolué dans le domaine des ventes et du service client pour le marché des États-Unis pendant une dizaine d’années pour ensuite poursuivre sa carrière en amélioration continue. À titre de chargée de projets, elle a participé à l’implantation de grands projets d’investissement et de fusions.