Profitez de nos classes virtuelles 100% à distance et de nos formations e-learning en bureautique et nos Parcours Performance !

6 janvier 2020

Article

Capital humain et gestion

Sandrine Théard commence sa nouvelle formation sur le sourcing et le recrutement de talents qualifiés

Sandrine évolue dans le domaine du recrutement depuis plus de 20 ans. La transformation du secteur au fil des années en fait un métier passionnant grâce aux nombreux outils et pratiques disponibles aujourd’hui sur le marché : on ne recrute plus de la même façon ni dans le même but.

Peux-tu nous présenter ton parcours ?

« Je fais du recrutement depuis 25 ans et depuis 10 ans, avec la croissance de Linkedin et l’arrivée de nombreux nouveaux outils de recrutement, je me suis spécialisée dans la formation de recruteurs. Au cours de mes expériences, j’ai travaillé dans de nombreux secteurs d’activités tels que des agences de placement, en télécommunication, en ingénierie et dans le secteur pharmaceutique. Par la suite, je me suis lancée à mon compte comme consultante en recrutement puis je me suis dirigée vers la formation des professionnels en sourcing.

En tant que consultante, je continue toujours à travailler dans le recrutement car c’est un domaine qui me passionne et cela me permet de rester à jour sur les pratiques en ressources humaines. Cela me permet d’enseigner et de continuer à utiliser les nouveaux outils de recrutement que je présente lors de ma formation. À présent, je dirais que 90% de mon temps est occupé à offrir de la formation en recrutement. »

Qu’est-ce qui t’a donné l’envie de te lancer dans la formation ?

« Le recrutement est, pour moi, un des plus beaux métiers du monde et les outils mis à notre disposition sont fascinants. Mais pour ce qui est de la formation en recrutement, cela s’est fait un peu par hasard. En effet, j’ai réalisé qu’il n’y avait que très peu de cours en recrutement / sourcing offerts au niveau universitaire. Et le peu de cours existants sont très académiques et pas assez accès sur la pratique.

Recruteur est un métier à part entière et il n’est pas enseigné comme tel. La plupart des recruteurs sont des généralistes RH, il y a peu de vocation pour devenir recruteur. Je constate qu’il y a un besoin important d’être formé au métier et l’offre de formations actuelle ne répond pas à cette demande. En effet, j’ai assisté à beaucoup de conférences en recrutement afin de monter ma a formation au métier de recruteur. »

Qu’est ce qui te plait dans le métier de recruteur ?

« Au-delà de ma passion pour ce métier, le domaine du recrutement est devenu très pluridisciplinaire. Lorsque j’ai commencé, le processus était assez simple : on affichait un poste vacant le vendredi et on appelait la presse pour qu’il soit publié le vendredi suivant. Ensuite, on attendait de recevoir les CV par fax et par courrier. Le marché de l’emploi à l’époque était tel, qu’il y avait moins d’efforts à faire pour l’employeur pour recruter et trouver des candidats qualifiés.

Le domaine du recrutement a beaucoup évolué, on parle énormément de pénurie de main d’œuvre. Les entreprises et les recruteurs doivent redoubler d’efforts pour se vendre afin d’attirer les meilleurs talents. En quelque sorte, le recruteur doit avoir de nombreuses cordes à son arc : de la vente, la communication RH, le marketing. Désormais on porte également une attention bien particulière à « l’expérience candidat ». Finalement, le métier de recruteur est devenu très vaste. Il y a donc énormément de pratiques, d’outils, à enseigner et à transmettre. »

Peux-tu nous parler de cette fameuse « expérience candidat » ?

« Aujourd’hui, tout est expérience : aller au restaurant, magasiner etc. Dans le recrutement, c’est la même chose ! Quelle que soit l’issue du processus de sélection, le candidat doit vivre une expérience positive dans ses interactions avec l’entreprise. Il est nécessaire de le traiter comme un client, de faire un suivi, de lui donner une réponse, qu’elle soit négative ou positive. Dans ces deux cas, le candidat doit ressortir avec une impression positive et garder une bonne image de l’entreprise.

Le gestionnaire de l’entreprise devient un acteur majeur du processus de recrutement. Fini le temps ou le gestionnaire n’avait pas lu le CV du candidat avant l’entrevue, arrivait en retard et mettait une pression inutile aux candidats. Aujourd’hui, le gestionnaire et le candidat jouent sur un même pied d’égalité. Le gestionnaire doit autant promouvoir son entreprise, le poste, que le candidat lors de l’entrevue. Évidemment, de son côté le recruteur doit s’adapter aux nouvelles façons de procéder. »

Quelles sont les différences entre ta formation chez Technologia et les autres formations dans le domaine ?

Premièrement, il n’y a que très peu de formation dispensée par la concurrence. Mais je dirais que ma formation est axée sur le « pratico-pratique » et cela est très stimulant pour les participants. Je veux qu’ils repartent avec un plan d’actions concrètes à mettre en place à court et moyen termes, grâce à l’étude de cas réels de postes à combler durant le cours.

Quels sont les objectifs de cette formation ?

À la fin de la formation, les participants seront capables de se positionner stratégiquement dans l’organisation auprès du gestionnaire souhaitant embaucher. Chaque participant repartira avec une trousse à outils bien fournie. Ils seront également guidés afin de faire des recherches productives sur le Web. Ils seront en mesure de rédiger des messages d’approche impactant permettant d’obtenir un bon taux de réponses.

Fondatrice de LES SOURCES HUMAINES, L’ÉCOLE DU RECRUTEMENT, Sandrine Théard est également formatrice en recrutement et sourcing. Elle est une mordue de tous les aspects de l'attraction de talents : marque employeur, sourcing, nouvelles technologies, gestion de communautés de candidats, etc. Sandrine est également blogueuse en plus d’agir comme conférencière tant au Québec, au Canada qu’à l’international.