28 janvier 2019

Article

Capital humain et gestion

L’intelligence émotionnelle, un gage de réussite professionnelle

Selon une étude de TalentSmart, l’intelligence émotionnelle est tellement essentielle à la réussite professionnelle qu’elle est responsable de 58 % de la performance de l’individu, quel que soit le type d’emploi exercé. Il s’agit de l’indice de réussite professionnelle le plus important et de l’élément qui influence le plus le leadership et l’excellence personnelle.

Les théories de l’intelligence humaine

« L’intelligence est l’ensemble des facultés mentales permettant de comprendre les choses et les faits ». Elle est composée de l’intelligence rationnelle mesurée par le quotient intellectuel (QI) et l’intelligence émotionnelle mesurée par le quotient émotionnel (QE).
Au début du XXème siècle, le psychologue Howard Gardner, père de la théorie des intelligences multiples parle de 9 types d’intelligence :

  1. L’intelligence verbo-linguistique;
  2. L’intelligence logico-mathématique;
  3. L’intelligence corporelle-kinesthésique;
  4. L’intelligence spatiale;
  5. L’intelligence interpersonnelle;
  6. L’intelligence musicale-rythmique;
  7. L’intelligence intrapersonnelle;
  8. L’intelligence naturaliste;
  9. L’intelligence existentielle.

C’est quoi l’intelligence émotionnelle?

Pendant longtemps, les scientifiques considéraient que le QI était le meilleur prédicateur de la réussite professionnelle mais grâce aux recherches de Salovey et Mayer ainsi que le succès du livre de Daniel Goleman, L’intelligence émotionnelle au travail, on connaît maintenant l’impact du Quotient Emotionnel sur le succès personnel et professionnel de l’individu.

Selon les deux chercheurs, Salovey et Mayer, l’intelligence émotionnelle est une « série d’habiletés servant à l’appréciation et à l’expression juste de ses propres émotions et de celles des autres; à s’ajuster efficacement à ses propres émotions et à celles des autres et à utiliser sa sensibilité pour se motiver, planifier et accomplir sa vie ».

Les avantages de développer son intelligence émotionnelle

En utilisant consciemment l’intelligence émotionnelle, l’être humain est capable de :

  • s’automotiver et persévérer malgré les frustrations et les obstacles;
  • réguler ses humeurs et gérer son stress;
  • bâtir des relations durables et constructives;
  • faire preuve d’empathie, d’écoute de l’autre;
  • prendre des décisions en toute connaissance de cause.

De l’intelligence émotionnelle vers une meilleure connaissance de soi

Pour avoir une bonne connaissance de soi, il est nécessaire de décoder les sources des motivations profondes de nos comportements conscients et inconscients et les sentiments qu’elles engendrent.

Dans le contexte professionnel, l’anxiété et le stress engendrés peuvent se manifester comme une résistance au changement, la difficulté de se concentrer sur les tâches à accomplir, certains comportements inefficaces comme une attitude défensive, la procrastination, le négativisme, la passivité ou, au contraire, l’impulsivité, l’agressivité et le manque de contrôle.

Les personnes douées d’une bonne connaissance de soi sont capables de :

  • prédire leurs réactions programmées, leurs tendances « naturelles »
  • connaître leurs ressources, leurs préférences et se fier à leur intuition;
  • comprendre leurs émotions, les nommer et les gérer efficacement;
  • percevoir l’impact de leurs paroles, de leurs comportements sur les autres et s’ajuster en conséquence;
  • tolérer l’inconfort des émotions « négatives » pour y faire face, comprendre d’où elles viennent et pourquoi elles surviennent, pour ne pas se laisser déstabiliser par des circonstances stressantes et éprouvantes.

Vous souhaitez approfondir le sujet? La formation « Développer son intelligence émotionnelle I (CH123) » vous apportera une méthode pour mieux gérer vos émotions au travail, maximiser votre potentiel et développer des relations professionnelles constructives.

Mariola Wielgopolan, coach et entrepreneure, est diplômée depuis 1992 de l’École des hautes études commerciales de Montréal en finance et gestion internationale. Elle a été, pendant dix ans, employée de l’une des multinationales américaines membres des Global Fortune 500.
Aussi diplômée de la Neuro Linguistic Programming University en Californie, elle souhaite appliquer ses connaissances du monde des affaires et des outils de la programmation neurolinguistique pour préparer la relève et apporter aux entreprises en évolution une nouvelle vision de la gestion du capital humain.