16 avril 2018

Article

Capital humain et gestion

Jetez-vous de l’huile sur le feu ?

Eckhart Tollé, auteur du livre « Le pouvoir du moment présent » soutient que, pour la plupart des gens, même si leurs problèmes seraient tous réglés du jour au lendemain, ils recréeraient exactement les mêmes situations en l’espace de quelques mois. Pourquoi ? Parce qu'ils ont gardé les mêmes attitudes. Voilà de quoi réfléchir !

Quelles sont nos attitudes et d’où viennent-elles ?

Nos attitudes sont des comportements, des manières d'être qui traduisent certains sentiments à l’égard des personnes et des circonstances selon notre perception de ces expériences. Par conséquent, elles peuvent être source de bien-être ou de stress en fonction de notre perception.

Quels sont leurs impacts ?

Le hic c’est que nos attitudes sont des réflexes automatiques et souvent inconscients. Alors, nous sommes convaincus que ce sont les gens et les circonstances extérieurs qui nous stressent. Il ne nous vient même pas à l’esprit que notre attitude y est pour quelque chose.

Pas étonnant que nous ne réalisions pas l’impact de nos attitudes sur notre niveau de stress, on ne se voit pas agir !

Trois exemples d’attitudes susceptibles de jeter de l’huile sur le feu

  1. Même quand ça va bien ça va mal !
  2. Il y a des gens pour qui, même quand tout va bien, tout va mal ! Par exemple, je connais une personne qui, lorsqu’elle s’est offerte son premier cellulaire, se plaignait que c’était compliqué au lieu de se réjouir de tout ce que cet appareil allait lui permettre de faire.

    Une autre qui, lorsqu’elle a rénové sa salle de bain, se plaignait de la poussière et de la saleté au lieu de se réjouir de sa nouvelle salle de bain et du fait de pouvoir se l’offrir…

    Un autre encore qui se plaignait du manque d’espace pour ranger son nouveau garde-robe…

    Vous voyez où je veux en venir ? Au lieu d’être reconnaissant du bon côté d’une situation, beaucoup d’entre nous ont pour réflexe de trouver quelque chose à redire, ce qui crée du stress là où il y aurait lieu au contraire, de se réjouir !

  3. Juger au lieu de décrire les faits
  4. Juger signifie tirer une conclusion tout à fait personnelle des faits que nous avons observés et tenir cette conclusion comme un fait indéniable. Par exemple, nous jugeons d’incompétent un collègue dont la façon de travailler ne rencontre pas nos critères de compétences ou nos valeurs.

    Il est naturel pour l’être humain de juger ses semblables. Cela fait partie de nos mécanismes de survie : « Ceci est bon pour moi » ou « Ceci est dangereux ». Le problème c’est que ces jugements, qu’ils soient envers les autres ou nous-mêmes, comportent une charge émotive qui « ouvre notre robinet » de cortisol, l’hormone du stress.

    Quoi faire alors ? Tout simplement en être conscient et revenir aux faits qui ont mené à ce jugement. Par rapport à la personne « incompétente », on dit plutôt qu’elle fait des erreurs dans son travail et que les délais ne sont pas respectés.

    Ces faits sont objectifs, sans charge émotive supplémentaire, ce qui vous permet d’être en pleine possession de vos moyens pour agir adéquatement selon le contexte.

    Pour me guider dans ce sens, je visualise Spock dans Startrek ! Que dirait-il dans cette situation ?

    Autre avantage, prendre l’habitude de s’exprimer en se rapportant à des faits plutôt qu’à des jugements contribue à renforcer votre crédibilité et votre pouvoir d’influence.

  5. Confondre « accepter » avec « être d’accord »
  6. Certaines personnes n’acceptent pas qu’une situation déplaisante se soit produite ou soit en train de se produire. Combien de fois avez-vous entendu dire ou avez-vous dit : « Je ne le supporte pas ! », « Je n’accepte pas cela ! »

    Ils confondent accepter avec être d’accord, ce qui n’est pas du tout la même chose. Accepter signifie que vous acceptez le fait indéniable que cette situation existe. Être d’accord signifie que vous approuvez la situation.

    Tant que vous n’acceptez pas qu’une situation qui vous déplait existe, vous demeurez pris dans une boucle émotionnelle qui cause encore plus de stress que la situation elle-même. Il est plus difficile sinon impossible de la régler.

    Accepter le fait indéniable que cette situation existe vous permet de sortir de la boucle émotionnelle. Vous ne gaspillez plus votre énergie à lutter contre ce qui est ou a été. Votre taux d’hormones de stress baisse et encore une fois, vous retrouvez la pleine possession de vos moyens pour décider de la meilleure chose à faire pour la suite.

De petites différences qui font une grande différence

Je vous invite à observer vos attitudes dans le but de vous connaître et de vous comprendre. Regardez-vous agir, notez celles qui vous rendent service et faites-en plus. Notez les attitudes qui vous nuisent et remplacez-les, une à la fois, à votre rythme, au moment qui vous convient… L’important c’est d’en prendre conscience.

Gardez en tête qu’un changement d’attitude suit un processus physiologique bien précis. À l’image d’un nouveau sentier dans la forêt, il s’agit tout simplement de créer un nouveau réseau de connexions neuronales dans votre cerveau, ce qui prend environ de 21 à 30 jours d’entrainement quotidien. Comme le cerveau est bien fait, tel un vieux sentier qui retourne à l’état naturel, l’ancien réseau est déconnecté puisqu’il ne sert plus. Bientôt vous ne vous souviendrez même plus du temps où vos attitudes jetaient de l’huile sur le feu !

Bonne Attitude !

Pour commencer à entreprendre ces changements, je vous invite à suivre les formations Technologia suivantes :

Sylvie Boisvert est formée en gestion du stress et des émotions auprès du HeartMath Institute en Californie, elle possède une formation en administration des affaires et en coaching d’affaires. Sylvie est également coach professionnelle et enseignante certifiée en programmation neuro linguistique (PNL). Coach certifiée associée de la Fédération internationale des coachs et de la Fédération internationale des coachs du Québec, elle est aussi membre de l’Association Ritma. Sylvie combine plus de 25 ans de développement personnel et professionnel.