Nouveauté! Technologia offre des formations dans 3 nouvelles villes : Sherbrooke, Boisbriand et Ville Saguenay. Découvrez-les dès maintenant!

7 janvier 2019

Article

Capital humain et gestion

Développez votre intelligence émotionnelle pour devenir un meilleur gestionnaire

Tout comme le leadership, l’intelligence émotionnelle peut être innée chez une personne mais cela se développe sur le long terme. Elle est à la base de tout et permet de comprendre pourquoi telle ou telle pratique de gestion fonctionne ou non, de mieux se comprendre en tant que gestionnaire ainsi que ses employés.

Du quotient intellectuel (QI) au quotient émotionnel (QE)

Lorsqu’on parle d’intelligence, on pense souvent au Quotient Intellectuel ou QI, c’est-à-dire le résultat d'un test psychométrique qui entend fournir une indication quantitative standardisée de l'intelligence humaine.

Toutefois, depuis la découverte du QI, il y a eu de nouvelles théories sur l’intelligence comme l’intelligence émotionnelle, un concept révélé en 1990 par les psychologues Peter Salovey et John Meyer. Il s’agit de la capacité à reconnaître, comprendre et maîtriser ses propres émotions et composer avec celles des autres.

Finalement, le Quotient Intellectuel correspond aux savoir-faire d’un individu alors que le Quotient Émotionnel correspond à ses savoir-être. Nous allons nous intéresser particulièrement à l’intelligence émotionnelle dans cet article.

L’intelligence émotionnelle, c’est quoi?

Selon l’étude de TalentSmart, l’intelligence émotionnelle est tellement essentielle à la réussite professionnelle qu’elle est responsable de 58 % de la performance de l’individu, quel que soit le type d’emploi exercé. Il s’agit de l’indice de réussite professionnelle le plus important et de l’élément qui influence le plus le leadership et l’excellence personnelle.

L’intelligence émotionnelle se divise en 2 composantes :

  • personnelle, c’est-à-dire la conscience de soi avant celle des autres, comprendre ce qu’il se passe dans son inconscient, nos modes de fonctionnement et savoir gérer ses émotions.
  • sociale, c’est-à-dire la conscience des autres, être attentif à notre comportement et son impact sur les autres (vice-versa), savoir faire preuve d’empathie, donner du feedback, communiquer de manière ouverte, savoir gérer sa relation aux autres (leadership, influence, communication verbale, sens politique, résilience).

L’intelligence émotionnelle permet d’avoir une meilleure conscience de soi, ce qui contribue à vivre le moment présent, à gérer son anxiété en étant en contact avec ses « boutons sensibles » et à analyser nos réactions en fonction des situations (stress, fatigue, faim etc.).

L’intelligence émotionnelle pour devenir un meilleur gestionnaire

Le gestionnaire, en plus d’avoir des savoir-faire, doit posséder des savoir-être ou développer son intelligence émotionnelle tout au long de sa vie grâce à de la formation, des lectures, en faisant des essais-erreurs avec ses employés et un travail sur soi.

Un bon gestionnaire doit savoir négocier, être un agent de changement, un leader et posséder des compétences clés en intelligence émotionnelle pour l’appuyer dans la gestion. En véritable chef d’orchestre, le gestionnaire doit développer ses compétences interpersonnelles. Plus il évolue au sein de l’organisation, plus il doit bâtir son réseau, se trouver des mentors, des supporteurs, plus les problèmes qu’il aura à régler seront complexes.

Ce dernier porte également plusieurs casquettes, il est tour à tour coach, planificateur et décideur au quotidien. L’intelligence émotionnelle nous permet d’être intègre, honnête, transparent, cohérent, concentré et à l’écoute.

L’intelligence émotionnelle intégrée dans les nouvelles pratiques de gestion

De nos jours, on s’attend à ce que les gestionnaires gèrent leurs émotions, reconnaissent celles de leurs collaborateurs et agissent en conséquence. Ce n’est pas donné à tout le monde de devenir un gestionnaire accompli, il faut être fort, faire face aux épreuves, persévérer, prendre des risques calculés et faire preuve de résilience.

La façon de gérer les individus, le type de management a changé ces dernières années. Avant, on demandait aux gestionnaires d’avoir un style de gestion directif, presque militaire alors que désormais on voit émerger un management plus transformationnel, plus inspirant et plus authentique.

Notre façon de travailler elle-même a évolué, nous ne travaillons plus en silos mais en équipe, en mode collaboratif ou en projets avec des intervenants de tous services alors l’intelligence émotionnelle est importante au moment du recrutement pour décoder la personnalité du nouvel employé et détecter les personnalités difficiles.

L’intelligence émotionnelle pour recruter les bonnes personnes

Le principal défi pour un gestionnaire est la gestion des personnes, de naviguer et composer avec les différentes personnalités, expériences passées, générations et cultures; et s’assurer qu’il n’y ait pas de frictions, de créer de la synergie et que les forces des uns complètent les faiblesses des autres.

De plus, connaître l’intelligence émotionnelle permet au gestionnaire de recruter une personne ayant le bon profil pour le poste, l’équipe et l’entreprise, de bien les former, de les inspirer, pour créer une polyvalence des tâches, un climat de confiance au sein de votre équipe.

Le meilleur moyen pour cerner la personnalité d’une future recrue est de lui proposer des mises en situation en entrevue , ainsi vous serez à même de voir ses réactions, son approche et son comportement vis-à-vis d’une situation professionnelle.

Pour conclure, l’intelligence émotionnelle permet d’avoir une meilleure connaissance de soi et des autres. Le contexte professionnel est de plus en plus complexe, les changements sont nombreux et rapides, la compétition s’intensifie, développer son intelligence émotionnelle permet de rester efficace, productif pour atteindre les objectifs de l’organisation.

La formation « Développer son intelligence émotionnelle I (CH123) » vous donnera des outils, des exercices pratiques, des stratégies pour mettre à profit cette nouvelle dimension de votre réussite professionnelle et personnelle.

Mariola Wielgopolan, coach et entrepreneure, est diplômée depuis 1992 de l’École des hautes études commerciales de Montréal en finance et gestion internationale. Elle a été, pendant dix ans, employée de l’une des multinationales américaines membres des Global Fortune 500.
Aussi diplômée de la Neuro Linguistic Programming University en Californie, elle souhaite appliquer ses connaissances du monde des affaires et des outils de la programmation neurolinguistique pour préparer la relève et apporter aux entreprises en évolution une nouvelle vision de la gestion du capital humain.